Archives - Pas-de-Calais le Département
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Notifications

Vous permet de recevoir des notifications lorsqu'un contenu est publié ou mis à jour.

Archives numérisées

Picto représentant Archives numérisées

La consultation des archives numérisées est libre et gratuite

Consulter

Recherche par commune

Picto représentant Recherche par commune

Accès cartographique aux ressources

Accéder à la carte
Un document à l’honneur
L’hiver 1709 et ses conséquences racontés dans les registres paroissiaux

En 1709, un froid polaire s’abat sur l’Europe. Dans ses mémoires, Saint-Simon rapporte qu’à Versailles la violence [du gel] fut telle que […] les liqueurs les plus spiritueuses cassèrent leurs bouteilles [note 1]. Ces conditions climatiques sont effectivement si exceptionnelles que de nombreux témoins de l’époque prennent la plume pour consigner ce fait. C’est notamment grâce aux annotations des prêtres dans les registres paroissiaux qu’il nous ait possible de comprendre les conséquences désastreuses du "grand hyver" sur les populations.Un hiver exceptionnellement froidDans le registre paroissial de Maninghem-au-Mont, le curé Boutoille décrit précisément l’arrivée et le déroulement de cette vague de froid qui touche le Pas-de-Calais les tous premiers jours de janvier 1709 :Cette première attaque du froid est effectivement vive puisque mi-janvier, on pouvoit marcher librement sur les eaux de l’Authie et de la Canche. Dans son Histoire de France, Jules Michelet indique qu’on relève - 20 °C à Paris et jusqu’à - 23 °C ailleurs. Le curé d’Humbert précise que la gelée a esté si forte qu’elle glacoit tout ce qui etoit liquide jusque dans les caves et meme dans le fours.Après une brève accalmie caractérisée par de fortes pluies, les températures s’effondrent à nouveau début février, accompagnées de chutes de neige si abondantes qu’à Boulogne, il en estoit tellement tombée que les maisons ont esté fermées deux jours sans qu’on ait pû en sortir, ny aller par les rues. Certaines congères avoisinent alors les trois mètres. Le curé d’Humbert continue :Ces températures inhabituelles perdurent jusqu’au début du printemps, comme indiqué dans le registre paroissial de Fruges :Des conséquences désastreuses : une disette annoncéeLa plus grave conséquence est, en effet, une récolte désastreuse, attestée de toutes parts. Chaque témoignage déplore la perte entière des bleds.Le curé de Maninghem-au-Mont résume les maux qui touchent la population au sortir de l’hiver :Effectivement, au printemps, le prix des céréales flambe. Des précautions sont prises tout de suite pour empêcher la disette. Les terres sont de nouveau ensemencées en urgence, mais de manière totalement désorganisée. La récolte semble d’ailleurs assez médiocre : dans l’ensemble de l’Artois, d’après les États, une grande partie des avoines […] est restée dans les champs faute de chariots […] employez pour voiturer des farines à l’armée et les pluyes continuelles estans survenues les ont fait germer.Les conséquences sur l’état sanitaire du pays ne tardent pas à se faire sentir : alors même que le froid ne semblait pas avoir entraîné un surcroît de mortalité, celle-ci explose en 1710, surtout à cause des maladies propres à l’ingestion d’une nourriture peu appropriée :Une crise sanitaire aggravée par la guerreCette crise engendrée par la pénurie de subsistances s’aggrave encore à cause de la situation politique du royaume. Depuis 1701, la guerre de succession d’Espagne fait peser sur le pays un effort de guerre conséquent. Acculé de toute part par ses voisins européens, Louis XIV crée en 1710 un nouvel impôt exceptionnel, le dixième, qui fragilise encore un peu plus une population déjà rudement éprouvée.À cela s’ajoutent les opérations militaires menées dans la région, la réquisition des céréales pour nourrir les troupes et les maladies véhiculées par l’installation des campements militaires.On trouve par exemple un récit du siège d’Aire dans les registres d’Ecques de 1710 :La même année, le village de Camblain-l’Abbé connaît lui aussi un taux de mortalité tout à fait inhabituel :À cette époque, le village compte un peu moins de 400 habitants. Presque 30% de la population est donc décédée en quelques mois. Si aucune source ne nous livre la nature exacte de l’épidémie qui s’abat sur la population, certains avancent que le typhus, véhiculé par les armées, serait à l’origine de cette hécatombe.D’autres registres témoignent de la présence des troupes hollandaises dans la région et semblent lier leur installation au nombre de morts important qui s’ensuit parmi les paroissiens.Comme l’indique le curé d’Ecques avec la mention "Ad futuram rei memoriam", le souci de ces prêtres est avant tout de laisser une trace des épreuves qu’ils traversent, par souci historique, mais aussi pour que les générations futures en tirent des leçons.C’est exactement ce qu’écrit le curé François Delaporte dans le registre paroissial d’Humbert :Gageons que sa prière fut entendue puisque ses mots sont parvenus jusqu’à nous.Voir la transcription complète du document Notes[note 1] Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon, "Hiver terrible ; effroyable misère", Mémoires, tome VII, chapitre 8, 1709.

Voir tous les documents à l'honneur
Actualités
  • Collecte sur les jardins du Pas-de-Calais
    Les Archives départementales préparent, pour septembre 2022, une nouvelle exposition itinérante qui évoquera l’histoire et l’évolution des jardins ouvriers devenus jardins partagés. Elle sera présentée dans différents sites du département et permettra d’interroger le rôle alimentaire, environnemental, social, politique, personnel de ces petits "coins de terre".A la fin du XIXe siècle, les compagnies minières encouragent le jardinage chez les mineurs et mettent à leur disposition des jardins "ouvriers", appelés "jardins familiaux" après la Seconde Guerre mondiale. De nouveaux jardins, plus urbains, apparaissent dans les années 1990. "Partagés", "communautaires" ou "participatifs", ils poursuivent des objectifs sociaux, environnementaux ou artistiques. Le jardinage étant souvent une histoire intime et ancrée dans les territoires, nous sommes à la recherche de documents personnels et/ou familiaux pour compléter nos sources et ancrer l’histoire locale dans le quotidien des habitants.Les documents recueillis viendront enrichir l’exposition et permettront au grand public, et notamment aux scolaires, d’améliorer leurs connaissances de l’histoire de ces jardins et d’appréhender leur devenir.Quels documents ?Photographies personnelles ;Films de famille ;Correspondance ;Carnets de jardiniers, almanachs, calendriers lunaires, etc. ;Contrat de location de parcelles, règlement ou plans de jardins ;Affiches, tracts (fêtes de jardins, manifestations politiques, concours, etc. ) ;Objets divers (médailles ou trophées de concours de jardins, outils anciens, etc. ).Si vous possédez des souvenirs susceptibles de nous intéresser pour don, prêt ou reproduction numérique, contactez-nous :Par téléphone au 03 21 71 10 90Ou par mail : archives62@pasdecalais.fr
  • Histoires d’Elles, les femmes et le Pas-de-Calais
    Une première exposition dédiée aux femmes dans l’histoire du Pas-de-CalaisLes étapes qui ont marqué l’histoire de la place des femmes dans la société sont loin d’être linéaires, au sein de l’unité familiale aussi bien que dans leurs rapports avec leur corps, leur foi ou leur éducation et, bien sûr, au titre de leur vie professionnelle comme de leurs engagements politiques.Histoires d’Elles se propose de retracer ces évolutions, sur le territoire de l’actuel Pas de Calais et par le prisme certes, parcellaire apporté par les archives, même si les femmes en sont plus souvent l’objet que le sujet. Sans négliger l’apport de personnalités exceptionnelles qui ont marqué notre département, ce sont bien les mutations passées des rapports entre les sexes que souhaite faire découvrir cette exposition, pour nous permettre de questionner notre quotidien, mais aussi pour nous inciter à la consolidation des acquis comme à de nouvelles remises en cause, en vue d’une véritable égalité de tous les êtres humains.L’exposition comprend 6 modules thématiques (en famille, un corps, une âme, un esprit, travailleuses, combattantes), des dispositifs de manipulation ludiques, des écrans avec des films d’archives (Gaumont-Pathé, INA, Archipop) ainsi qu’un micro-trottoir réalisé auprès de collégiennes et collégiens du Pas-de-Calais.Elle est accompagnée d’un livret d’aide à la visite, d’un jeu de société, d’ateliers jeune public et de spectacles.<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;height:0;overflow:hidden;"> <iframe style="width:100%;height:100%;position:absolute;left:0px;top:0px;overflow:hidden" frameborder="0" type="text/html" src="https://dircom.pasdecalais.fr/video/archives/index.php?video=DJ-HistoiresDelles" width="100%" height="100%" allowfullscreen="" allow="autoplay"> </iframe> </div>A découvrir prochainementDu 16 novembre au 2 décembre 2021 : salle Robespierre, Hôtel de ville (beffroi), Arras ;Du 6 au 14 décembre 2021 : Hôtel du Département, Arras ;Du 15 décembre 2021 au14 janvier 2022 : Bâtiment des services (hôtel du Département), Arras ;Du 17 au 31 janvier 2022 : Lycée Jean Bosco, Guînes ;Du 18 février au 6 mars 2022 : Bibliothèque intercommunale de Bapaume ;Du 8 mars au 8 avril : Collège Paul Langevin, Sallaumines ;Du mardi 12 au jeudi 21 avril 2022 : Bully-les-Mines ;Du lundi 25 avril au mardi 24 mai 2022 : Médiathèque L’Embellie, Angres ;Du mardi 5 juillet au dimanche 28 août 2022 : Centre culturel de l’Entente Cordiale, Château d’Hardelot ;Du jeudi 1er au vendredi 30 septembre 2022 : Mairie d’Hulluch.Exposition réalisée par les Archives départementales du Pas-de-Calais.Scénographie et conception graphique de l’exposition et des supports de communication : Agence Présence.Le Département du Pas-de-Calais et sa politique d’égalité femmes hommesDepuis 2017, le Département du Pas de Calais est engagé en faveur de l’égalité femmes hommes avec la signature de la Charte européenne pour l’égalité des femmes et des hommes dans la vie locale.Pour répondre aux engagements de la charte, le Département a validé un plan de 20 actions pour la période 2018-2020. Parmi ces dernières, citons à titre d’exemple le lancement du télétravail, le développement des bonnes pratiques dans le sport, l’augmentation constante de la programmation de femmes artistes dans le cadre de la saison culturelle du Département, la sensibilisation à la lutte contre les violences via l’espace Intranet et Internet du Département, la signature du Plan cadre de lutte contre les violences faites aux femmes, co signé par la Préfecture, le Ministère de la Justice et le Département et la lutte contre les stéréotypes, notamment à destination des collégiens et collégiennes.Pour aller plus loin, voir le micro-trottoir réalisé auprès des collégiens du Pas-de-Calais 
  • [Numérisations] Etat civil : actes postérieurs à 1912
    Suivi de la campagne de numérisation et des indisponibilité (Mise à jour : 03/11/2021)
  • Récolement général des fonds et collections
    Un chantier de grande ampleur
Voir toutes les actualités

Dernières mises en ligne

Expositions virtuelles En voiture, s'il vous plaît !
Tableau de 3 lignes contenant : "Corrigé" suivi d'un symbole de validation vert ; "En cours d'analyse" ; "Lacune" suivi d'une croix rouge
Le visualiseur des archives numérisées Suivi des corrections de données en ligne
Mis à jour Photographie représentant des cavaliers sur leurs montures en train de s'abreuver dans une rivière, en contrebas d'un pont.
Photos Mystères Enquêtes en cours