Archives - Pas-de-Calais le Département
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Enquête nationale auprès des internautes des sites d'archives

Votre avis nous intéresse : il nous permettra de mieux vous connaître pour mieux répondre à vos attentes.
Merci par avance de prendre quelques minutes pour répondre à l'enquête dont une version existe en anglais, et de le faire à l’issue de votre visite sur notre site. 

Pour en savoir plus sur l'enquête et retrouver le lien vers le questionnaire à tout moment, consultez l'article dédié dans la rubrique Actualités

L’invasion du bassin minier

Photographie noir et blanc montrant l'explosion d'une infrastructure minière.

Fosse 8 de Lens à l'instant de l'explosion, 1917. Archives départementales du Pas-de-Calais, 48 Fi 78.

Début octobre 1914, en pleine " course à la mer", les Allemands attaquent les bords de la Deûle. Au nord, leur progression est stoppée devant Vermelles et Hulluch, tandis qu’au sud, le front se cristallise bientôt sur les hauteurs des collines de l’Artois (fermées par les bois de Givenchy, Souchez et Lorette).
Le bassin minier du Pas-de-Calais devient alors le théâtre de très violents affrontements.

Il faut dire que les mines constituent un enjeu stratégique à double niveau. Pour les envahisseurs, la destruction des concessions doit durablement plomber l’économie du pays (avant la guerre, les houillères du Nord et du Pas-de-Calais fournissaient les 2/3 de la production nationale). De plus, les galeries souterraines peuvent servir à dynamiter les positions situées au-dessus ou à effectuer des assauts surprises. Les Allemands vont donc s'employer à détruire méthodiquement les concessions dont ils s’emparent, après avoir récupéré le matériel au profit de leurs propres usines.

Mise à sac des cités minières

Le 2 octobre 1914, de terribles combats opposent les Bavarois et des territoriaux en repli à Noyelles-Godault et à Drocourt. Les affrontements se déroulent au sein même des cités minières en feu, jusque sur les carreaux des fosses. C’est le chaos, d’autant plus que des civils du Douaisis en fuite vers Lens sont pris dans les combats.

Le même jour, les Allemands envahissent les concessions de Dourges qu’ils pillent et détruisent. Le lendemain, ils occupent Hénin-Liétard et Courrières où, depuis la veille, on a cessé l’extraction de houille ; toute l’activité minière entre Liévin et Dourges a d’ailleurs été interrompue entre le 1er et le 4 octobre. À Courrières, des maisons brûlent et des civils sont pris en otage.

Le 4, toujours, Lens et Liévin tombent à leur tour après le retrait des troupes françaises. Une grande partie de la population a fui : on estime que, sur 35 000 Lensois, il n’en reste alors que 18 000. Le maire Émile Basly est fait prisonnier quelques heures à Sallaumines avant d’être relâché. La ville est mise à sac et les habitants assistent, impuissants, au pillage systématique.

Carte imprimée montrant la ligne de front dans le Pas-de-Calais en octobre 1914.

Les champs de bataille du Pas-de-Calais. Carte éditée pour "La reconstitution des régions libérées". Archives départementales du Pas-de-Calais, BHC 652.

Stabilisation du front

Le 5 octobre, les Français bloquent l’avancée de la cavalerie allemande au nord-ouest de Lens (Vermelles, Loos-en-Gohelle, Hulluch). Le lendemain, une contre-attaque française échoue à Liévin ; une autre permet de reprendre le centre de Loos-en-Gohelle, abandonné toutefois définitivement le 10, face au déluge d’obus de l’artillerie allemande.

Au soir du 6 octobre, le front est fixé d’Ablain-Saint-Nazaire à Pont-à-Vendin, coupant en deux le bassin minier à proximité de Lens, selon un axe nord-sud.

La guerre des mines

En janvier et février 1915, la guerre des mines est devenue générale sur le front de l’Artois (surtout dans le secteur d’Écurie-Roclincourt). On aménage des sapes devant les premières lignes. Français et Allemands continuent de faire sauter les galeries jusqu’au printemps.

Afin de les rendre inexploitables, les Allemands procèdent à l’inondation des galeries des concessions de Lens, Meurchin, Liévin, Carvin et Drocourt. Au lendemain de la guerre, le dénoyage des mines requerra toute l’habilité des ingénieurs.

Bibliographie

  • Émile BASLY, Le martyre de Lens. Trois années de captivité, Paris, Plon-Nourrit et Cie, 1918. Archives départementales du Pas-de-Calais, BHA 537.
  • Yves LE MANER, La Grande Guerre dans le Nord-Pas-de-Calais (1914-1918), éditions La Voix du Nord, 2014.
  • Auguste PAWLOWSKI, "Les houillères du Nord et du Pas-de-Calais. Hier, aujourd'hui, demain. 1914-1920", Recueil factice de coupures de journaux, 9 mars-20 avril 1920. Archives départementales du Pas-de-Calais, BHC 249/2.
Photographie noir et blanc montrant des infrastructures minières détruites.

Ruines du bâtiment de la chaufferie de la fosse de la Renaissance de la Compagnie des mines d'Aniche, à Somain. Archives départementales du Pas-de-Calais, 45 Fi 45.