Les Archives du Pas-de-Calais (Pas-de-Calais le Département) - Le 04 août 2020 - 11h14
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Les Archives du Pas-de-Calais (Aller à l'accueil)

Pour pouvoir visualiser l'animation, vous devez télécharger le plugin Adobe Flash Player.

Flux RSS

Vous êtes dans : Archives > Découvrir > Chroniques de la Grande Guerre > Les Arrageois sous les obus en juin et juillet 1915

Les Arrageois sous les obus en juin et juillet 1915

Depuis le 6 octobre 1914, Arras est bombardée sans relâche par les Allemands. Une bonne partie de la population a quitté la ville au milieu de l’année 1915 pour s’exiler dans des zones plus sûres, après la destruction de leur maison. Mais les journées sont longues pour ceux qui restent car, entre chaque bombardement, ils doivent réparer ce qui peut l’être, surveiller les maisons abandonnées, aider au transport des blessés ou encore à éteindre les incendies. D’autres préparent des valises de vêtements qu’ils envoient aux membres exilés de leurs familles, mais tous tiennent, persuadés que leur ville ne sera jamais prise par l’ennemi.

La journée terrible du 26 juin 1915

À la fin juin 1915, les obus pleuvent avec force sur la ville, certains Arrageois diront même que les bombardements d’octobre n’étaient rien en comparaison de ceux de juin et de juillet 1915. Dans son ouvrage Arras sous les obus, l’abbé Foulon restitue une page d’un journal, qui raconte la dure journée du 26 juin 1915 :

26 juin

La nuit a été calme mais la journée a été terrible […]. À partir de quatre heure trente du matin, une véritable grêle de fer et de feu s’est abattue sur la pauvre cité, sans un instant de répit jusqu’à une heure quinze […]. Les projectiles se suivaient sans interruption. On eût cru que les Allemands voulaient en finir avec la ville […]. Nos pièces répondaient, guidées dans leurs tirs par un avion qui planait au milieu ou au-dessus de l’avalanche de feu.

À deux heures, le calme est complet. Tout Arras sort de ses caves […]. On apprend qu’il y a eu de tous côtés de terribles dégâts. La cathédrale, le Palais Saint-Vaast ont été fort éprouvés. L’ancien petit séminaire a reçu pour sa part, plus de quatre-mille obus […]. Sur toute une partie de la rue de Baudimont, on ne trouve plus une maison avec son toit. La rue est complètement obstruée. Le plus terrible, c’est que des incendies ont été allumés et qu’il a été impossible de les combattre. […] Le tableau qu’offre la ville est navrant : on se croirait au lendemain d’un cataclysme épouvantable, cyclone ou tremblement de terre.

Il y a encore eu malheureusement des victimes […]. Cependant le moral des habitants n’est pas aussi abattu qu’on serait tenté de le croire. On entend déjà frapper du marteau. Certains dégagent les décombres devant leur porte. Quelques réflexions semblent pourtant découragées : "[…] autant partir, notre tour viendra". On dit que la Préfecture va faire de nouvelles offres aux civils qui voudraient quitter la ville […]. Des officiers ont évalué à 15 000 le nombre de projectiles de toutes sortes jetés sur Arras en cette seule journée.

Le soir, quand ils se couchent pour essayer de dormir, les habitants d’Arras ont encore dans les oreilles le sifflement des obus, comme après un long voyage en chemin de fer on croit entendre le roulement des wagons sur les rails.

Abbé E. Foulon, Arras sous les obus, Paris, Bloud et Gay, 1915. Archives départementales du Pas-de-Calais, BHB 735.

Le saccage culturel des 5 et 6 juillet 1915

Mais après cette terrible journée, les Arrageois ne sont pas au bout de leurs peines, d’autres destructions sont encore à venir.
Le 5 juillet au soir, un nouveau désastre frappe la ville, après un bombardement visant spécialement la cathédrale et le palais Saint-Vaast.

Victor Leroy, propriétaire d’une droguerie dans la rue Saint-Aubert, écrit dans une lettre du 9 juillet : C’en est fini du musée, des archives, de l’évêché et de la cathédrale, non sans tristesse et résignation. Il déplore aussi les nouveaux exodes de populations provoqués par les récents bombardements. En effet, selon lui, 155 personnes ont quitté Arras le 8 juillet 1915.

Après ces deux journées particulièrement désastreuses, les bombardements vont continuer sur la cité arrageoise, détruisant encore et toujours, et poussant de plus en plus de personnes à fuir la ville. En effet, le risque s’accroît au fil des jours, beaucoup de maisons étant désormais inhabitables.
À la fin de l’année 1915, en septembre, les recensements montrent que seuls 1 200 habitants environ restent encore à Arras, contre plus de 3 600 en novembre 1914. Les destructions sont considérables, le patrimoine - le beffroi, les places, le palais Saint-Vaast – a été gravement touché, mais tous les Arrageois ont une conviction commune : Arras renaîtra de ses cendres.

Evénements relatifs

Photographie noir et blanc montrant l'intérieur dévasté d'un bâtiment après un bombardement. Au milieu, deux cercueils en bois.

Le 26 juin 1915 : évacuation d’Arras sous les obus

Le 23 juin 1915, des obus commencent à pleuvoir sur l’ambulance du Saint-Sacrement, tuant cinq c...

Le 26 juin 2015 Lire la suite
Photographie noir et blanc montrant l'intérieur d'une église détruite par des bombardements.

Le 8 décembre 1915 : l’abbé Miseron écrit les destructions d’Arras

Les bombardements sur Arras ont repris avec une effrayante intensité en ce début décembre, touch...

Le 8 décembre 2015 Lire la suite
Carte postale noir et blanc montrant une ville détruite par des bombardements.

Le 6 novembre 1915 : visite nocturne aux ruines d’Arras

Cité martyre, Arras est une ville que la presse visite encore, même si l’accès en devient de plu...

Le 6 novembre 2015 Lire la suite
Carte postale noir et blanc montrant un bâtiment au croisement du rue.

Le 19 juillet 1915 : visite du ministre Thomson à Arras

Dès les premiers mois de la guerre, le courrier prend une place importante dans le quotidien des...

Le 19 juillet 2015 Lire la suite

Bibliographie

  • Abbé E. FOULON, Arras sous les obus, Paris, Bloud et Gay, 1915. Archives départementales du Pas-de-Calais, BHB 735 ;
  • Abbé MISERON, Quelques détails sur Arras, journal de guerre polycopié, 5-22 novembre 1914, 12 mars 1915-30 janvier 1916. Archives départementales du Pas-de-Calais, 1 J 131 ;
  • Victor LEROY, Lettres adressées par la famille Victor Leroy d'Arras et de Paris à la famille Cornaille, 1 J 2008 ;
  • Madeleine WARTELLE, Les Cités meurtries. Arras (1914-1915), Paris, librairie de l'Éclair, s.d. (Les champs de bataille 1914-1915), pp. 36-37. Archives départementales du Pas-de-Calais, BHD 386.

L'Europe s'engage

archivespasdecalais.fr est cofinancé par l'Union Européenne. L'Europe s'engage en Pas-de-Calais avec le Fonds Européen de Développement Régional. (FEDER)

Vue en coupe d'un pont sous-marin.

copyright 2011 Pas-de-Calais le Département / Archives départementales | Mentions légales | Crédits