Les Archives du Pas-de-Calais (Pas-de-Calais le Département) - Le 24 février 2020 - 09h39
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Les Archives du Pas-de-Calais (Aller à l'accueil)

Pour pouvoir visualiser l'animation, vous devez télécharger le plugin Adobe Flash Player.

Flux RSS

Vous êtes dans : Archives > Découvrir > Chroniques de la Grande Guerre > Albums > Les gravures de guerre d’Arthur Mayeur

Les gravures de guerre d’Arthur Mayeur

Gravure noir et blanc représentant, de nuit, l'incendie d'un beffroi.

Arthur Mayeur est né dans le Pas-de-Calais, à Bouvigny-Boyeffles, le 6 mai 1871. Titulaire d’un grand prix de Rome, il se fixe à Paris où il collabore aux grandes revues artistiques, reçoit des commandes de l’État, produit pour la chalcographie du Louvre, sans délaisser pour autant le patrimoine monumental de sa terre natale, donnant par exemple, en 1906, un recueil de planches sur les Beffrois du nord de la France.

Son esthétique, ses relations, son goût pour les monuments de nos provinces le disposent à mettre lui aussi son talent au service de l’effort de guerre. En 1915, il reçoit une mission officielle du ministère de la Guerre. Son ami Émile Poiteau nous le décrit ainsi :

Avec ses cartons sous le bras, un gros foulard au cou, dédaignant les obus, dont il s’approcha parfois un peu trop, mais qui, fort heureusement, l’épargnèrent, Mayeur parcourut nos villes et nos villages en ruines. On le vit à Arras, Albert, Liévin, Foncquevillers, Hébuterne, Lorette, et dans tous les coins du front où s’émiettait chaque jour notre patrimoine artistique. Innombrables sont les croquis et les dessins rapportés de ces pèlerinages aux champs de la mort ! Et dans toutes ces planches originales où la souffrance même de nos ruines est, pour ainsi dire, saisie dans ses spasmes agoniques, où l’on sent les poutres craquer, les pierres se disloquer, les fers se tordre et maintenir suspendue dans sa crispation la robe effilochée des maisons en ruines, Mayeur a mis tout son art de dessinateur, mais aussi tout son cœur de poète et de patriote !

De ces croquis naissent les recueils Le front d’Artois ou Arras après la tourmente, visions romantiques des destructions qui défigurent l’Artois. Artiste représentatif de nos provinces, c’est également lui qui est choisi pour illustrer les cartes postales vendues lors des Journées du Pas-de-Calais de 1916 et 1918.

Pour aller plus loin

Voir aussi

Gravure noir et blanc représentant le croisement de deux routes bordées de maisons où se dresse un calvaire.

Le front d’Artois

En 1906, Arthur Mayeur est nommé membre de la Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais. C’est donc naturellement qu’il est mis à contribution par le gouvernement lors d...

Lire la suite
Gravure noir et blanc montrant les ruines de bâtiments suite à un bombardement.

Arras après la tourmente

Rassemblées sous forme d’album en 1918, les douze eaux-fortes d’Arras après la tourmente sont achetées par l’État en 1919. Elles témoignent de la mobilisation de l’artiste pour sa terre natale et...

Lire la suite
Gravure couleur montrant deux soldats brandissant un drapeau américain. À l'arrière-plan, scène de combat floutée.

La Journée du Pas-de-Calais

La Journée du Pas-de-Calais est organisée par la préfecture en partenariat avec le comité départemental de secours aux éprouvés de guerre. On devrait plutôt parler de Journées car l’événement init...

Lire la suite

L'Europe s'engage

archivespasdecalais.fr est cofinancé par l'Union Européenne. L'Europe s'engage en Pas-de-Calais avec le Fonds Européen de Développement Régional. (FEDER)

Vue en coupe d'un pont sous-marin.

copyright 2011 Pas-de-Calais le Département / Archives départementales | Mentions légales | Crédits