Archives - Pas-de-Calais le Département
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Almanachs et annuaires, sources précieuses pour la recherche

Colporté à partir du XVIe siècle par les marchands ambulants, l’almanach est l’un des premiers livres à conquérir largement les chaumières rurales et populaires. Cinq siècles plus tard, lui et son descendant l'annuaire ont toujours une utilité, même si leur lecture présente aujourd'hui un intérêt plus historique que fonctionnel ou récréatif. 

Une lecture instructive et ludique

Texte imprimé sur lequel on lit : "Almanach historique et géographique d'Artois, année 1757. Contenant la description et les particularités les plus intéressantes de toutes les villes de cette province. Les noms des personnes qui y composent l'état ecclésiastique, militaire, civil et littéraire. Les abbayes. Les foires d'Artois et celles de Flandre. Les manufactures. Les appréciations des grains. Les événements remarquables, avis, annonces, découvertes, etc".

Almanach historique et géographique d'Artois, 1757. Archives départementales du Pas-de-Calais, BHA 1101/03.

D’origine grecque et romaine, l’almanach se développe en Europe grâce à la propagation du christianisme. De nombreux renseignements, tous aussi pratiques qu’éclectiques, y sont consignés : observations astronomiques, premières prévisions météorologiques, réflexions politiques, conseils sur la conduite des activités selon les jours fastes et néfastes, dates des événements communautaires (fêtes et foires), etc.
Soit une multitude d’informations particulièrement précieuses pour les historiens locaux !

Gravure imprimée représentant Jeanne d'Arc portant une armure, l'épée à la main et brandissant un étendard parsemé de fleurs de lys.

Almanach national de 1820 : Jeanne d'Arc, héroïne nationale. Archives départementales du Pas-de-Calais, BHA 1105/01.

Souvent abondamment illustrés, ils sont accessibles tant par les lettrés que par ceux ne sachant lire. On vient y chercher des conseils concernant les affaires et les activités, mais aussi pour se distraire et s’instruire.
Certains almanachs ont été rédigés par des auteurs illustres, comme Rabelais qui s’essaya à l’exercice en 1534 et 1535.

Devenus phénomène de mode au XVIIIe siècle, le nombre d’almanachs ne cesse d’augmenter et de se diversifier. Les archives départementales conservent ainsi par exemple un "almanach des fabulistes, avec notes, et orné de gravures" (BHA 201/1-2) ou encore un "almanach des prisons" durant la période révolutionnaire (BARBIERA 1790). Au XIXe siècle, il devient un instrument politique pour les pamphlétaires et préfigurent la naissance des journaux.

À côté d’almanachs nationaux et thématiques, on trouve également des almanachs locaux destinés aux habitants d’une province ou d’un département (par exemple Almanach d’Artois ou Almanach du Pas-de-Calais), ancêtres des annuaires départementaux.

Texte imprimé sur lequel on lit : "Les quatre saisons de l'année 1743. L'hyver. Régler l'état auprès d'un bon fagot, vuider les pintes et le pot. Caresser tour à tour Philis et la bouteille, et se mettre à l'abri du cruel Aquilon, en suçant le jus de la treille, c'est passer aisément la facheuse saison. L'hyver a commencé le 21 décembre de l'année 1742 à 10 heures 42 minutes du soir. Cette saison plait bien aux favoris de la fortune".

L'hiver d'après l'almanach d'Artois de 1743. Archives départementales du Pas-de-Calais, BHA 1101/01.

Constitutifs d’un progrès culturel important, les almanachs permettent aux Français de s’instruire ou encore de se repérer dans le temps et l’espace, à une époque où la culture et l’enseignement ne sont pas accessibles à tous. Ayant réussi à gagner l’intérêt de tous, ils préparent également la voie de l’écrit à d’autres lectures.

Les almanachs d’Artois

Principaux almanachs locaux conservés aux archives départementales du Pas-de-Calais 

  • Calendrier d’Artois (1742, 1747), BHA 1101/1-2 ;
  • Almanachs historiques et géographiques d’Artois (26 volumes pour les années 1757, 1760-1763, 1769-1773, 1775-1790), BHA 1101/3-28.
Double page d'un livre imprimé qui donnent les noms des échevins, juges, avocats, notaires et procureurs de Bapaume. Puis viennent les horaires des bureaux de poste et des départ de carrosses. Enfin, une notice sur la ville d'Hesdin.

Almanach historique et géographique d'Artois, 1757. Archives départementales du Pas-de-Calais, BHA 1101/03.

Commençant par le calendrier de l’année, ces volumes contiennent des notices relatives États d’Artois, mais aussi sur les villes et bourgs de la province. On y trouve notamment des relevés sur les personnes ecclésiastiques, militaires, judiciaires, mais aussi sur les notaires ou encore les médecins, etc.
Parfois, de petites notices concernent des "événements remarquables" ou des observations météorologiques.

Plusieurs essais ont été consacrés à l’étude de ces livrets. Pour en connaître le détail, il faut se reporter à la "Notice sur les anciens almanachs de la ci-devant province d’Artois" publiée dans l’Annuaire du Pas-de-Calais de l’an XI (pages 1 à 50), à l’"Étude sur les administrations d’Artois" dans l’Annuaire de 1860 (pages 362 à 410) ou encore, pour une période plus récente, à l’"Étude sur les annuaires et almanachs du Pas-de-Calais de 1791 à 1852" dans les Annuaires de 1861 et 1862.

Les annuaires

Calendrier illustré en son centre par une gravure couleur montrant un homme à terre lors d'un combat dans les bois.

Almanach des postes, 1878. Archives départementales du Pas-de-Calais, 4 Fi 3767.

Car après la Révolution, les almanachs sont officiellement remplacés par les annuaires. Les archives départementales conservent les Annuaires administratifs et statistiques du Pas-de-Calais pour une période courant de 1802 à 1939, balayant ainsi plus d’un siècle de vie locale.

De structure similaire à celle de l’almanach, on y trouve toujours le calendrier de l’année, suivi d’un relevé des administrations et des élections, ou encore d’un recensement des foires et marchés.

Certains numéros sont consacrés à des thèmes particuliers. L’Annuaire de 1810 comprend une statistique agricole faisant état du nombre de chevaux, bovins ou moutons, mais aussi la superficie des bois et forêts ou le nombre de maisons pour chaque commune.

Tout comme l’almanach, l’annuaire peut être local (Annuaire de Barlin pour 1925 en BHB 901/8 bis par exemple) mais aussi thématique (Annuaire des Postes en BHB 1160/3, de l’Action française en ROD A 547/8 ou encore de la Révolution pour 1887-1895 en ROD A 445).

Un annuaire en particulier est très prisé des chercheurs : il s’agit du Ravet-Anceau.

Le Ravet-Anceau, bible des chercheurs locaux et des généalogistes

Double page imprimée en bleu. À gauche, le texte suivant : "Il est intéressant de posséder les cartes et plans édités par les services cartographiques des annuaires Ravet-Anceau : carte du Nord de la France (10 départements), dimensions :1m20 x 0m80 ; cartes départementales du Nord et du Pas-de-Calais divisées par cantons ; plans des principales villes du Nord et du Pas-de-Calais". À droite trois illustrations de Boulogne-sur-Mer (casino, basilique Notre-Dame et porte de Calais, château d'Hardelot).

Annuaire Ravet-Anceau, 1928. Archives départementales du Pas-de-Calais, BHB 1677/04.

Créé en 1853 à Lille par Jean-Baptiste Ravet-Anceau, cet annuaire a la particularité d’être à la fois local et thématique, comme l’annonce son sous-titre Guide du commerce, de l’industrie, de l’agriculture, des administrations, de la magistrature . Au début destiné au seul département du Nord, il s’étend au Pas-de-Calais en 1900.

Il se présente comme un ouvrage indispensable aux industriels et négociants qui désirent étendre leurs relations dans le Nord de la France . On y trouve effectivement les coordonnées de tous les négociants, industriels, agriculteurs, propriétaires, fonctionnaires, employés et notables du département.

Le Ravet-Anceau s’est développé et enrichi au fur et à mesure des années. Après 1911, il se décline sous deux tomes, dans le but d’intensifier sa diffusion et d’atteindre toutes les clientèles ainsi qu’il se définit dans l’introduction de 1928.

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

La question ci-après nous permet de vérifier que ce formulaire n’est pas rempli par un automate. Merci d'y répondre.