Archives - Pas-de-Calais le Département
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Le site internet des Archives fait peau neuve !

Première grande refonte depuis son ouverture en 2009, le site internet des Archives a fait l'objet de plusieurs modifications majeures :

  • Une refonte graphique afin de moderniser sa mise en forme et d'améliorer son accessibilité y compris sur tablettes et smartphones ;
  • Une refonte ergonomique et fonctionnelle afin de faciliter l'accès aux contenus :
    • Refonte de la rubrique "Archives en ligne" devenue "Archives numérisées" ;
    • Refonte de la page d'accueil ;
    • Déploiement de nouvelles fonctionnalités...
  • Une refonte technique afin de résoudre des dysfonctionnements d'affichage liés à son obsolescence.

En conséquence, certains raccourcis que vous pouviez avoir dans vos favoris (notamment vers l'espace "Archives numérisées") peuvent ne plus fonctionner. Nous vous invitons dans ce cas à revenir sur la page d'accueil de notre site et explorer les menus pour mettre à jour vos favoris.

Pour en savoir plus sur les modifications réalisées et les nouveautés, rendez-vous sur la page de suivi de la refonte de notre site internet !

L’escrime, "sport" millénaire

2 août 2012 : épreuves au fleuret par équipes (femmes) aux Jeux olympiques de Londres

À l’instar de nombreuses autres disciplines olympiques, l’escrime puise ses sources dans l’histoire. Durant plusieurs siècles, l’épée fut l’apanage des chevaliers, puis de l’aristocratie. L’histoire de l’escrime se caractérise par le glissement progressif de l’activité guerrière vers une forme d'art martial, puis vers la pratique sportive actuelle.

Du combat au duel

Texte imprimé, orné de blasons couleur sur lequel on lit : Société de gymnastique et d’armes d’Arras. Dimanche 14 janvier 1903 à 3 heures et demie. Fête d’escrime sous les auspices de la municipalité, avec le gracieux concours de la musique du 3e régiment du génie. Mlle Alice Foyer, lauréate du conservatoire. M. Henri Jude, pianiste accompagnateur. Directeurs des assauts : M. P. Michonneau et M. E. Carlier. Programme : première partie. Musique militaire. Épée : Ch. Marchandise, amateur. J. Coëz, amateur. Fleuret : J. Lesage, amateur. A. Bloquel, amateur. Épée : E. Cassel, amateur. G. Didion, d’Albert, amateur. Fleuret : Lieutenant Sevin, amateur. Lieutenant Perrot, amateur. Chant : Alice Foyer, air de Louise (Charpentier). […]

Programme de la fête d’escrime donnée par la Société de gymnastique et d’armes d’Arras le 14 janvier 1906, Arras, imp. typo-litho. Ed. Bouvry et Cie, 1906. Archives départementales du Pas-de-Calais, 4 J 2279.

Utilisée depuis l’Antiquité, l’épée occupe tous les champs de bataille durant des siècles, de même qu’elle s’illustre lors des joutes et des tournois de chevaliers.

L’apparition de la rapière au XVe siècle marque le premier pas vers une escrime de loisir et transforme le duel, jusqu’alors épreuve de force, en discipline requérant finesse et technique. À cette époque, en Italie, se développe la mode des duels qui gagne rapidement la France (en 1566 dans Apologie pour Hérodote, Henri Estienne rapporte que la France a pris le style de l’Italie en matière de tueries ). L’apogée des duels se situe sous les règnes d’Henri IV et de Louis XIII et ce, malgré de nombreux édits visant à endiguer cette coutume qui décime les rangs de la noblesse (Louis XIV promulgue onze édits les interdisant entre 1643 et 1711 !).

Plusieurs projets de loi de proscription sont soumis au vote au fil des époques, mais n’emportent jamais la majorité. L’un des derniers duels à l’épée a opposé les députés René Ribière et Gaston Defferre, le 21 avril 1967.

Naissance d’un sport

La codification de cette discipline commence à être établie dès le XVe siècle : en 1474, Ponce de Perpignan et Pedros de Torre éditent un ouvrage de technique et de tactique. C’est au cours du XVIIIe siècle que l’escrime française se réglemente, mais il faudra attendre un siècle de plus pour qu’elle s’impose réellement comme un sport, grâce notamment au perfectionnement des armes. Au XIXe siècle, les salles d’entraînement se multiplient, tout comme le nombre de pratiquants.

Vers 1890, on décider de "juger" les assauts et de compter les coups. C’est donc tout naturellement que l’escrime (fleuret et sabre) s’inscrit comme discipline olympique lors des premiers Jeux olympiques d’Athènes en 1896.

Photographie noir et blanc montrant deux épéistes en plein duel. Derrière eux posent sept hommes devant un mur de briques.

"Personnel de la Salle d’Armes", photographie tirée de l’album 21e régiment de dragons. Saint-Omer, juin 1905, Charleville, imprimerie phototypique A. Gelly, 1905. Archives départementales du Pas-de-Calais, 4 Fi 3540.

Pour la France, il s’agit du sport de tous les records : c’est avec l’escrime que notre pays compte le plus de médailles olympiques (286 podiums et 116 médailles). Aujourd’hui, nous demeurons premiers au classement mondial.

L’escrime dans le Pas-de-Calais

Texte imprimé orné de dessins montrant des duels, sur lequel on lit : Séance d’escrime offerte au profit des pauvres, dans la salle des fêtes de l’école des Beaux-Arts, le 8 décembre 1895, sous le patronage de : Monsieur le Général Strohl, commandant de la 2e division d’infanterie, Monsieur Alapetite, préfet du Pas-de-Calais, Monsieur le général Marchand, Monsieur Legrelle, maire d’Arras. Avec le gracieux concours de Messieurs les officiers de la garnison, d’amateurs et de maîtres étrangers, et de la musique du 3e régiment du génie, sous la direction de Monsieur Pierre Girard.

"Séance d'escrime offerte au profit des pauvres dans la salle des fêtes de l'école des beaux-arts le 8 décembre 1895 [...] avec le gracieux concours de MM. les officiers de la garnison, d'amateurs et de maîtres étrangers, et de la musique du 3e régiment du génie [...]". Programme. Archives départementales du Pas-de-Calais, BHC 326/2.

Le Pas-de-Calais a enfanté et formé de grands fleurettistes au sein de clubs historiques, à commencer par Lucien Gaudin (1886-1934), dont la biographie est retracée dans l’encart ci-dessous. Autre grand escrimeur – et non des moindres – Jacques Dimont (médaillé d’or aux Jeux olympiques de Mexico de 1968) fait partie de ces grands issus du cercle d’escrime d’Hénin-Beaumont, au même titre que Franck Boidin (médaille de bronze aux Jeux de 1996) et Laurence Modaine (qui remporte une médaille de bronze à l’âge de 19 ans en 1984).

Autre champion, Éric Srecki, né à Béthune en 1964, est l’un des meilleurs épéistes des années quatre-vingt-dix et aussi l’un des plus titrés. En 1988, pour sa première expérience olympique, il remporte l’or par équipe et, quatorze plus tard, la médaille d’or en individuel. En 1995, il est sacré champion du monde et remporte à quatre reprises la coupe du monde d’épée – et il est aujourd’hui directeur technique national d’escrime.

Lucien Gaudin. Médaillé d’or à Paris en 1924 (à l’épée et au fleuret en équipe). Médaillé d’or à Amsterdam en 1928 (à l’épée et au fleuret en individuel).

Né à Arras le 27 septembre 1886, Lucien Gaudin est le fils d’un militaire de carrière qui l’initie à l’escrime dès l’âge de 12 ans. Rapidement, le jeune Gaudin montre des dispositions hors norme ; fluide, rapide, il est l’élève de Lucien Mérignac (1873-1941), médaillé d’or de fleuret aux Jeux de Paris en 1900, descendant d’une famille de maîtres d’armes parisiens et dont la tante, Ernestine-Léonie Robert, dite Ernesta Robert-Mérignac, sculpteur née à Saint-Omer en 1849, réalise au début du XXe siècle plusieurs médailles relatives à l’escrime pour la Monnaie de Paris puis participera aux Jeux de Paris de 1924 avec d’autres œuvres en marbre ou en bronze sur ce thème.

Lucien Gaudin collectionne bientôt les titres nationaux au fleuret, avec sept victoires aux championnats de France entre 1904 et 1913. En 1905, à 18 ans, il devient champion du monde, mais ne participe aux Jeux olympiques qu’en 1924 (il est mobilisé durant la Grande Guerre et se blesse la veille des Jeux de 1920). Favori des épreuves, il remporte l’or à l’épée et au fleuret par équipe, mais est contraint de renoncer à concourir en individuel, sa main gauche étant paralysée par une névrite.

Qu’importe, il revient plus motivé que jamais quatre ans plus tard à Amsterdam, alors que personne ne mise sur lui (il est alors âgé de 42 ans) et réalise l’impensable, en décrochant l’or en individuel lors des épreuves de fleuret et d’épée.

Ce sera son dernier titre, puisqu’il se suicide six ans plus tard le 23 septembre 1934, à l’aube de ses 48 ans, ruiné par le krach boursier de 1929 (il est banquier dans le civil). Sa fin tragique et prématurée ne fera que renforcer la légende de ce prodige de l’épée.

Pour en savoir plus

  • Stéphane GACHET, Le dictionnaire des médaillés olympiques français, éditions Litié, 2011. Archives départementales du Pas-de-Calais, BHA 1912.
  •  Ch. VINCENT, "Capitaine hors-classe Gaudin : la légende de l’escrime", Les Échos du Pas-de-Calais, 122, janvier-février 2012.
  • site officiel de la Fédération Française d’Escrime
  • vidéo tournée lors du duel entre René Ribière et Gaston Defferre sur le site la Passerelle

Commentaires (1)

legland annie

après l'aviron, voici l'escrime, quelle bonne idée de publier ces articles au rythme des JO de Londres.
fidèle lectrice, je me réjouis de découvrir le prochain article
félicitations aux rédacteurs !

Le 03 août 2012 à 15h13

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

La question ci-après nous permet de vérifier que ce formulaire n’est pas rempli par un automate. Merci d'y répondre.