Archives - Pas-de-Calais le Département
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Le site internet des Archives fait peau neuve !

Première grande refonte depuis son ouverture en 2009, le site internet des Archives a fait l'objet de plusieurs modifications majeures :

  • Une refonte graphique afin de moderniser sa mise en forme et d'améliorer son accessibilité y compris sur tablettes et smartphones ;
  • Une refonte ergonomique et fonctionnelle afin de faciliter l'accès aux contenus :
    • Refonte de la rubrique "Archives en ligne" devenue "Archives numérisées" ;
    • Refonte de la page d'accueil ;
    • Déploiement de nouvelles fonctionnalités...
  • Une refonte technique afin de résoudre des dysfonctionnements d'affichage liés à son obsolescence.

En conséquence, certains raccourcis que vous pouviez avoir dans vos favoris (notamment vers l'espace "Archives numérisées") peuvent ne plus fonctionner. Nous vous invitons dans ce cas à revenir sur la page d'accueil de notre site et explorer les menus pour mettre à jour vos favoris.

Pour en savoir plus sur les modifications réalisées et les nouveautés, rendez-vous sur la page de suivi de la refonte de notre site internet !

Le Lion d'Arras, archives Aymé-Guerrin

Le 3 janvier 1918, le dessinateur Peronat signe un petit croquis représentant le beffroi d'Arras en ruine, sous-titré "Chez nous". Il s’agit en réalité du nouveau bandeau d’une rubrique du Lion d’Arras, utilisé du 9 mai au 29 août 1918 (la rubrique existe depuis le 5 juin 1916).
Si l’on ne dispose pas d’informations sur cet auteur (juste la mention "un de nos collaborateurs du génie" apposée sur un dessin du 20 juin 1918), nous en savons en revanche davantage sur la provenance de ce document.
Il est tiré des archives Aymé-Guerrin (concernant le Lion d’Arras) qui ont été confiées aux archives départementales du Pas-de-Calais en avril 2017, par Charles Guerrin, fils d'Aymé Guerrin.

Aymé Guerrin

Dessin monochrome montrant des bâtiments en ruines. À leur droite, une explosion. Au premier plan, un encrier et une plume posés sur des lauriers à côté du blason de l'Artois.

"Chez nous", dessin de Peronat, 3 janvier 1918. Archives départementales du Pas-de-Calais, 110 J 02/20.

Lui-même fils d’Eugène Guerrin, un industriel arrageois, et de Jeanne Chauvelot, Aymé Guerrin naît à Ussel le 20 avril 1890. Après des études théologiques en Belgique (collège des Jésuites d’Antoing et internat de Thieu), il demande son admission au noviciat de Florennes qui lui est refusé en raison de sa santé jugée trop fragile. On lui propose alors un poste de professeur au collège Saint-Joseph de Reims.

À l’été 1914, alors qu’il passe des vacances en famille à Arras, la guerre éclate. Bien que réformé, il décide de rester et offre ses services comme infirmier volontaire. Pour cet engagement, il reçoit en 1920 la médaille d’argent de la Reconnaissance française.

Le 1er janvier 1916, il fonde avec Jules Milléquant, curé-doyen de Saint-Nicolas-en-Cité, Le Lion d’Arras, "journal de siège : organe hebdomadaire d’Union atrébate", soutenu financièrement par Eugène Guerrin. Le journal représente la seule fenêtre extérieure pour la population restée dans la ville, cernée par l’ennemi. Le dernier numéro paraît le 1er janvier 1920 : le titre est alors remplacé par Le Beffroi d’Arras, placé sous la direction d’Eugène Guerrin.

Car, après cette première expérience journalistique, Aymé Guerrin décide de reprendre le chemin des ordres. Le 24 octobre 1920, il entre au prieuré trappiste de Latroun où il est admis novice le 26 décembre 1920. Mais sa santé précaire l’oblige une fois de plus à renoncer à ses aspirations religieuses. Il quitte le prieuré le 12 avril 1922.

À partir de cette date, il embrasse totalement la carrière journalistique et collabore à plusieurs titres, comme L’Écho de Paris, Le Petit Marseillais ou encore Le Matin. Le 13 juillet 1925, il épouse Marie-Louise Kuhn avec qui il aura neuf enfants.

Bandeau monochrome montrant à l'arrière plan des bâtiments en flammes. À gauche, la statue d'un lion tient un drapeau représentant le blason de l'Artois.

"Le Lion d'Arras", maquette pour le bandeau du journal, Alexis Demarle, juin 1916. Archives départementales du pas-de-Calais, 110 J 02/02.

Durant la Seconde Guerre mondiale, il devient résistant et crée le groupement "Vercingétorix", rattaché à "Ceux de la Libération". Animateur du réseau, il crée et rédige une publication clandestine (devenue France-Libre) jusqu’à son départ en 1945. Après-guerre, ce titre devient un grand quotidien parisien avant d’être absorbé par L’Aurore.

Aymé Guerrin poursuit ses activités (conférences, édition, rédaction de chroniques, etc.) jusqu’en 1948, date à laquelle il se retire à Nice. C’est dans cette ville qu’il décède le 2 décembre 1979.

Le fonds Aymé-Guerrin

Malgré sa petite taille – il ne représente que 270 pièces – le fonds Aymé-Guerrin est d’une richesse exceptionnelle pour quiconque s’intéresse au célèbre journal arrageois publié durant la Première Guerre mondiale.

Ce fonds est, en effet, composé :

  • d’une part de la collection intégrale, à l’exception des numéros 162 et 164, du périodique Le Lion d’Arras, publié du 1er janvier 1916 au 1er janvier 1920 (cote 110 J 7). Ces deux lacunes sont heureusement comblées par notre propre collection du Lion d’Arras consultable sur notre site internet ;
  • d’autre part, d’un ensemble de documents liés à cette publication : de la correspondance (110 J 1), de nombreux dessins et photographies (110 J 2-3), des épreuves d’articles dont certaines ont été censurées (110 J 4-5), et enfin de quelques notes écrites de la main d’Aymé Guerrin.

Ce fonds, qui a entièrement été numérisé, est consultable dans notre salle des inventaires virtuelle. 

Signalons qu’à l’exception des documents constituant le fonds 110 J, conservés au centre Mahaut-d’Artois à Dainville, l’ensemble des archives relatives aux activités publiques d’Aymé Guerrin ont été confiées aux Archives nationales, où elles seront intégrées à la sous-série 72 AJ, regroupant des archives privées des années 1939-1945.

Dessin manuscrit montrant une vieille dame à lunettes hurlant sur un texte qu'elle vient de déchirer et dressant une paire de ciseaux au-dessus de sa tête.

"Censure", [1916-1919]. Archives départementales du Pas-de-Calais, 110 J 02/14.

Pour aller plus loin

Instrument de recherche du 110 J - Archives Aymé-Guerrin

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

La question ci-après nous permet de vérifier que ce formulaire n’est pas rempli par un automate. Merci d'y répondre.