Archives - Pas-de-Calais le Département
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Le site internet des Archives fait peau neuve !

Première grande refonte depuis son ouverture en 2009, le site internet des Archives a fait l'objet de plusieurs modifications majeures :

  • Une refonte graphique afin de moderniser sa mise en forme et d'améliorer son accessibilité y compris sur tablettes et smartphones ;
  • Une refonte ergonomique et fonctionnelle afin de faciliter l'accès aux contenus :
    • Refonte de la rubrique "Archives en ligne" devenue "Archives numérisées" ;
    • Refonte de la page d'accueil ;
    • Déploiement de nouvelles fonctionnalités...
  • Une refonte technique afin de résoudre des dysfonctionnements d'affichage liés à son obsolescence.

En conséquence, certains raccourcis que vous pouviez avoir dans vos favoris (notamment vers l'espace "Archives numérisées") peuvent ne plus fonctionner. Nous vous invitons dans ce cas à revenir sur la page d'accueil de notre site et explorer les menus pour mettre à jour vos favoris.

Pour en savoir plus sur les modifications réalisées et les nouveautés, rendez-vous sur la page de suivi de la refonte de notre site internet !

Le château de Pont-de-Briques, un quartier général de Napoléon 1er

Situé sur le territoire de Saint-Léonard, le château de Pont-de-Briques est une construction des XVIIe et XVIIIe siècles, en pierre grise du pays.

Création du domaine de Pont-de-Briques

Le domaine de Pont-de-Briques, que l’on a confondu avec la seigneurie du même nom, n’a jamais été un fief. Il a été constitué de toutes pièces au XVIIe autour d’une petite ferme, qui appartenait dans le second tiers du siècle précédent à Pierre Le Sueur, contrôleur du domaine du roi pour le comté de Boulogne.

C’est Louise d’Audegau (décédée en 1648), son père Bernard, capitaine des portes de Boulogne-sur-Mer, puis son frère Bernard II, commandant du château de cette ville et seigneur d’Hubersent, qui constituent le domaine de Pont-de-Briques. De 1640 à 1656, ils en triplent la superficie et font construire l’édifice principal.

Par le mariage de la petite-fille de Bernard II, Louise-Marie d’Audegau, avec son cousin germain François de Patras de Campaigno, le 16 octobre 1704, le château de Pont-de-Briques échoit à cette famille, dont plusieurs membres exercèrent la charge de sénéchal du Boulonnais. Leur fils aîné reconstruit la chapelle en 1749, et leur petit-fils, François-Omer, marquis de Campaigno, fait surélever le corps de logis et agrandir les ailes entre 1786 et 1792, sous la direction d’un entrepreneur boulonnais, Giraud-Sannier.

Plan aquarellé du dix-huitième situant le château et ses dépendances : cour, basse-cour, écurie, étable, grange, abreuvoir, jardin de plaisance, jardin aux légumes.

Plan visuel du château de Pont-de-Brique et dépendance (détail), plan aquarellé, [entre 1792 et 1795]. Archives départementales du Pas-de-Calais, CPL 119.

Quartier général de Napoléon 1er

Carte postale en noir et blanc représentant une photographie de la façade du château partiellement dissimulée par quelques arbres. Sur la carte, on lit le texte suivant : "Environs de Boulogne-sur-Mer. Pont-de-Briques. Le château (habitation de Napoléon premier en 1805. Il y arrêta, après la bataille de Trafalgar, le plan de la campagne d'Austerlitz)".

Environs de Boulogne-sur-Mer. Pont-de-Briques. Le château, carte postale, L.D., B., n° 273. Archives départementales du Pas-de-Calais, 12 J 358/1651.

Confisqué au profit de la Nation pendant la Révolution puis restitué à leurs propriétaires, le château sert de quartier général à Napoléon 1er de 1803 à 1805, pendant le camp de Boulogne, dressé en vue de l’invasion de l’Angleterre.

Bien de la famille Duquesne de Clocheville entre 1810 et 1879, le château est légué aux hospices de Boulogne, puis rétrocédé en 1902 aux Orphelinats catholiques Beaucerf. Menacé de destruction par une déviation routière, il en est sauvé grâce à la mobilisation des associations patrimoniales locales et à la création d’une société de sauvegarde du château impérial de Pont-de-Briques, en juin 1966 : il est partiellement classé au titre des monuments historiques en 1974, puis acheté et restauré en 2000 par une société immobilière. La communauté d’agglomération du Boulonnais loue actuellement les pièces occupées par Napoléon lors de son séjour. Elles font l’objet d’un projet muséographique consacré à l’histoire du camp de Boulogne.

Pour aller plus loin

  • Beaucour (Fernand), Tulard (Jean), Lettres, décisions et actes de Napoléon à Pont-de-Briques et au camp de Boulogne (an VI/1798-an XII/1804), Levallois, chez l’auteur, 1979, Mémoires de la Société de sauvegarde du château impérial de Pont-de-Briques, n°1, 631 p. Archives départementales du Pas-de-Calais, BHC 1685/1.
  • Beaucour (Fernand), Beaucour (Jean-Baptiste), Lettres, décisions et actes de Napoléon à Pont-de-Briques et au camp de Boulogne (14 thermidor-7 fructidor an XIII, 2-25 août 1805), Levallois, chez l’auteur, 1988, Mémoires de la Société de sauvegarde du château impérial de Pont-de-Briques, 2, XVIII-569 pages. Archives départementales du Pas-de-Calais, BHC 1685/2.
  • Beaucour (Fernand), "La vie quotidienne de Napoléon à Pont-de-Briques et au camp de Boulogne de 1803 à 1805." dans Actes du 103e congrès national des sociétés savantes (Nancy-Metz, 1978), Section d'histoire moderne et contemporaine, Paris, CTHS, 1979, t.I, p. 213-223. Archives départementales du Pas-de-Calais, PB 28/44.
  • Beaucour (Fernand), "Le château de Pont-de-Briques, quartier général de Napoléon au camp de Boulogne, et la cérémonie du 16 août 1804. Un haut lieu de la Légion d'honneur en péril" dans La Cohorte, Paris, Société d’entraide des membres de la Légion d’Honneur, 1985, 85, p. 4-7. Archives départementales du Pas-de-Calais, PC 344/2.
  • Pierre-André Wimet, "Le château de Pont-de-Briques des origines au Consulat" et "Le château de Pont-de-Briques, quartier-général du Premier Consul et de l'Empereur", Bulletin historique de la Société de sauvegarde du château impérial de Pont-de-Briques, 1969, p. 7-11, 28-36, 50-53, 78-84. Archives départementales du Pas-de-Calais, PC 222/1.
  • Notice du service de l’Inventaire du patrimoine culturel de la région Nord-Pas de Calais.

Commentaires (2)

Francoise Granier Beaucour

La société de Sauvegarde a été fondé par Mr Fernand Beaucour qui, avec le soutien du Général Koenig grand chancelier de la Légion d'Honneur et du Prince Paul Murat, a obtenu le détournement du projet autoroutier qui aurait détruit ce haut lieu de l'histoire de France.
Sans lui, le château aurait été rasé dans l'indifférence locale générale....

Le 19 septembre 2014 à 11h47

Backe jean

Ce château fut le cadre de colonies de vacances gérées par l'abbé Roger Darque de la paroisse sainte Barbe de Bruay en Artois (62) entre 1948 et 1965. Des mineurs prenaient sur leurs congés payés pour restaurer le monument. J'y fus moi-même moniteur puis moniteur-chef de 1962 à 1964.

Le 10 avril 2013 à 15h47

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

La question ci-après nous permet de vérifier que ce formulaire n’est pas rempli par un automate. Merci d'y répondre.